Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vie au Moyen-âge

 

  1. La société

La société du Moyen-âge comprend des hommes d’Eglise (le clergé), des combattants (les nobles, les Seigneurs, les chevaliers), des travailleurs (des artisans, commerçants et des paysans qu’on appelle aussi des vilains ou des jacques). Les paysans qui ne sont pas libres sont appelés des serfs. Moins d’un français sur 10 vit dans une ville.

 

Serf : paysan non libre. Il cultive une terre qu’il ne peut quitter sans l’avis de son seigneur. Il est privé de liberté.

Vilain : paysan libre

Clergé : ensemble des « gens de Dieu » d’une région

 

 

  1. La vie des paysans

Les paysans vivent dans des villages serrés autour de leur église et proches de la maison du seigneur.

Les habitants des campagnes n’ont aucune liberté. Ils sont contraints de cultiver les terres seigneuriales, des verser des impôts sous forme de produits (céréales, animaux, tissus…) ou de travail (les corvées)

Le village est le cadre d’une vie en commun, de fêtes religieuses et familiales. Les paysans vivent au rythme des saisons et des activités agricoles.

Corvée : travail non payé et obligatoire, fourni par le paysan au seigneur.

 

 

  1. Les progrès dans les campagnes

La population augmente beaucoup. Il faut produire davantage. Des nouveaux outils comme la charrue ou la herse améliorent les cultures. Un vaste mouvement de défrichement est organisé, surtout par les moines, car pour se nourrir il faut agrandir les surfaces cultivables.

Le moulin à vent est utilisé pour moudre les céréales (blé, avoine, orge, seigle)

Défrichement : rendre une terre cultivable en enlevant les arbres.

Herse : instrument à dents permettant de briser les mottes de terre.

 

  1. L’essor des villes

Les bourgeois vivent dans les villes entourées de murailles (ou remparts).

Les maisons, hautes et serrées, sont construites en bois. Le rez-de-chaussée est souvent un atelier ou une boutique. Les rues sont étroites, tortueuses, sales et nauséabondes, ce qui explique l’importance des incendies et des épidémies. Les commerçants les plus riches ont souvent été enrichis par le grand commerce (le commerce international). Les artisans ou commerçants qui font le même métier se regroupent souvent dans la même rue.

Des foires internationales se développent en Europe : des marchands s’y rencontrent et y vendent les produits venus de pays lointains.

Des tours de guêt (les beffrois) s’élèvent dans les villes, symbole d’une certaine indépendance vis-à-vis des seigneurs. Les habitants des villes prennent l’habitude d’administrer eux-mêmes leur ville et forment une commune.

Bourgeois : habitant d’une ville (ou d’un « bourg ») qui y possède au moins une maison ou un atelier.

Epidémie : une région entière est atteinte d’une maladie contagieuse.

Commune : ville administrée par ses habitants

 

 

 

  1. Les châteaux forts

Les seigneurs ont d’abord construit des châteaux forts en bois, pour protéger leurs paysans et se protéger eux-mêmes des invasions (Vikings, Sarrasins et Hongrois).  En échange de la protection du seigneur, les paysans doivent payer des droits seigneuriaux (en argent ou en nature : blé, volaille, bétail). Par la suite, ils ont construit des châteaux en pierre pour affirmer leur puissance. Les tours sont rondes, les plans des murailles et des donjons sont plus compliqués.

Donjon : partie centrale du château fort qui contient la demeure du seigneur. C’est aussi la dernière défense lors d’un siège.

Le château fort est une forteresse mais c’est aussi le cadre de la vie seigneuriale : au cours des repas de fêtes, on y écoute les récits de chevalerie.

 

 

 

  1. Seigneurs, chevaliers et vassaux

Les seigneurs sont avant tout des guerriers. Chaque famille est liée très étroitement à une famille plus puissante et lui doit fidélité dans les conflits. Le seigneur a des vassaux. Il leur confie une terre qui porte le nom de fief. C’est la féodalité. En échange le vassal jure de lui obéir et de lui venir en aide ; pour cela, il lui prête hommage.

 

Ceux qui savent combattre, le plus souvent à cheval, sont appelés les chevaliers. C’est lors de la cérémonie de l’adoubement qu’un homme devient chevalier.

Adoubement : remise au chevalier, par son parrain, des armes et des éperons qui lui sont nécessaires.

Les tournois sont des affrontements entre chevaliers ; chacun cherche à faire prisonnier l’adversaire afin de réclamer une rançon.

Les guerres entre seigneurs sont fréquentes. L’Eglise impose la paix de Dieu et la trêve de Dieu pour éviter que les non-combattants soient constamment les victimes.

 


 

  1. L’organisation du clergé

La religion chrétienne est présente à chaque moment de la vie.

Les membres du clergé sont appelés les clercs. Le clergé comprend des religieux, les moines, qui vivent dans des monastères (ou abbaye), et des curés qui ont la charge des chrétiens des villes et des villages regroupés en paroisse. L’évêque est placé à la tête du diocèse qui comprend plusieurs paroisses.

Après la fin des invasions, les hommes construisent un grand nombre de chapelles, d’églises, de monastères et de cathédrales de style roman ou gothique qui témoignent de la foi chrétienne et montrent sa puissance et sa richesse.

Beaucoup de chrétiens font des pèlerinages : à Saint-Jacques de Compostelle en Espagne, à Rome ou à Jérusalem.

Dans la cathédrale de Reims, l’évêque couronne le Roi de France.

Cathédrale : église de l’évêque, il y en a une par diocèse.

Moines : membres du clergé qui vivent dans un monastère et doivent respecter une règle de vie.

Style roman : style caractéristique des bâtiments religieux construits aux XI ème et XIIème siècles (11ème et 12ème)

Style gothique : style des églises, surtout urbaines, édifiées aux XIIIème , XIV ème  siècles (13ème et 14ème)

 

  1. Le rôle du clergé

Les clercs ne se contentent pas de prier et d’appliquer les règles de la religion, il existe aussi :

  • des religieuses qui soignent les malades et les vieillards dans les hôpitaux ou les hospices
  • des clercs qui enseignent dans des universités créées par le clergé ou dans des monastères. Seule une petite partie de la population peut en profiter.

Pour financer ses dépenses, le clergé perçoit la dîme.

Dîme : impôt versé par les paysans à l’Eglise, elle correspond à un dixième de la récolte.

 

  1. Au nom de la religion

A partir du XIème siècle (11ème) , l’Eglise et les Rois organisent des expéditions militaires en Orient pour reprendre Jésuralem tombée aux mains des musulmans. La ville, où se trouve le tombeau de Jésus-Christ, est un important lieu de pélérinage. Ces expéditions : les croisades, au nombre de huit sont menées du XIème au XIIIème siècle (du 11ème au 13ème siècle).

Au XIIème siècle (12ème), au sud de la France, des chrétiens refusent certaines règles de l’Eglise. Le pape et le roi entreprennent une croisade contre les cathares ou Albigeois.

Cathares : chrétiens du sud de la France qui refusait certaines règles de l’Eglise.

 

La vie au Moyen-âge

 

  1. La société

La société du Moyen-âge comprend des hommes d’Eglise (le clergé), des combattants (les nobles, les Seigneurs, les chevaliers), des travailleurs (des artisans, commerçants et des paysans qu’on appelle aussi des vilains ou des jacques). Les paysans qui ne sont pas libres sont appelés des serfs. Moins d’un français sur 10 vit dans une ville.

 

Serf : paysan non libre. Il cultive une terre qu’il ne peut quitter sans l’avis de son seigneur. Il est privé de liberté.

Vilain : paysan libre

Clergé : ensemble des « gens de Dieu » d’une région

 

 

  1. La vie des paysans

Les paysans vivent dans des villages serrés autour de leur église et proches de la maison du seigneur.

Les habitants des campagnes n’ont aucune liberté. Ils sont contraints de cultiver les terres seigneuriales, des verser des impôts sous forme de produits (céréales, animaux, tissus…) ou de travail (les corvées)

Le village est le cadre d’une vie en commun, de fêtes religieuses et familiales. Les paysans vivent au rythme des saisons et des activités agricoles.

Corvée : travail non payé et obligatoire, fourni par le paysan au seigneur.

 

 

  1. Les progrès dans les campagnes

La population augmente beaucoup. Il faut produire davantage. Des nouveaux outils comme la charrue ou la herse améliorent les cultures. Un vaste mouvement de défrichement est organisé, surtout par les moines, car pour se nourrir il faut agrandir les surfaces cultivables.

Le moulin à vent est utilisé pour moudre les céréales (blé, avoine, orge, seigle)

Défrichement : rendre une terre cultivable en enlevant les arbres.

Herse : instrument à dents permettant de briser les mottes de terre.

 

  1. L’essor des villes

Les bourgeois vivent dans les villes entourées de murailles (ou remparts).

Les maisons, hautes et serrées, sont construites en bois. Le rez-de-chaussée est souvent un atelier ou une boutique. Les rues sont étroites, tortueuses, sales et nauséabondes, ce qui explique l’importance des incendies et des épidémies. Les commerçants les plus riches ont souvent été enrichis par le grand commerce (le commerce international). Les artisans ou commerçants qui font le même métier se regroupent souvent dans la même rue.

Des foires internationales se développent en Europe : des marchands s’y rencontrent et y vendent les produits venus de pays lointains.

Des tours de guêt (les beffrois) s’élèvent dans les villes, symbole d’une certaine indépendance vis-à-vis des seigneurs. Les habitants des villes prennent l’habitude d’administrer eux-mêmes leur ville et forment une commune.

Bourgeois : habitant d’une ville (ou d’un « bourg ») qui y possède au moins une maison ou un atelier.

Epidémie : une région entière est atteinte d’une maladie contagieuse.

Commune : ville administrée par ses habitants

 

 

 

  1. Les châteaux forts

Les seigneurs ont d’abord construit des châteaux forts en bois, pour protéger leurs paysans et se protéger eux-mêmes des invasions (Vikings, Sarrasins et Hongrois).  En échange de la protection du seigneur, les paysans doivent payer des droits seigneuriaux (en argent ou en nature : blé, volaille, bétail). Par la suite, ils ont construit des châteaux en pierre pour affirmer leur puissance. Les tours sont rondes, les plans des murailles et des donjons sont plus compliqués.

Donjon : partie centrale du château fort qui contient la demeure du seigneur. C’est aussi la dernière défense lors d’un siège.

Le château fort est une forteresse mais c’est aussi le cadre de la vie seigneuriale : au cours des repas de fêtes, on y écoute les récits de chevalerie.

 

 

 

  1. Seigneurs, chevaliers et vassaux

Les seigneurs sont avant tout des guerriers. Chaque famille est liée très étroitement à une famille plus puissante et lui doit fidélité dans les conflits. Le seigneur a des vassaux. Il leur confie une terre qui porte le nom de fief. C’est la féodalité. En échange le vassal jure de lui obéir et de lui venir en aide ; pour cela, il lui prête hommage.

 

Ceux qui savent combattre, le plus souvent à cheval, sont appelés les chevaliers. C’est lors de la cérémonie de l’adoubement qu’un homme devient chevalier.

Adoubement : remise au chevalier, par son parrain, des armes et des éperons qui lui sont nécessaires.

Les tournois sont des affrontements entre chevaliers ; chacun cherche à faire prisonnier l’adversaire afin de réclamer une rançon.

Les guerres entre seigneurs sont fréquentes. L’Eglise impose la paix de Dieu et la trêve de Dieu pour éviter que les non-combattants soient constamment les victimes.


 

 

  1. L’organisation du clergé

La religion chrétienne est présente à chaque moment de la vie.

Les membres du clergé sont appelés les clercs. Le clergé comprend des religieux, les moines, qui vivent dans des monastères (ou abbaye), et des curés qui ont la charge des chrétiens des villes et des villages regroupés en paroisse. L’évêque est placé à la tête du diocèse qui comprend plusieurs paroisses.

Après la fin des invasions, les hommes construisent un grand nombre de chapelles, d’églises, de monastères et de cathédrales de style roman ou gothique qui témoignent de la foi chrétienne et montrent sa puissance et sa richesse.

Beaucoup de chrétiens font des pèlerinages : à Saint-Jacques de Compostelle en Espagne, à Rome ou à Jérusalem.

Dans la cathédrale de Reims, l’évêque couronne le Roi de France.

Cathédrale : église de l’évêque, il y en a une par diocèse.

Moines : membres du clergé qui vivent dans un monastère et doivent respecter une règle de vie.

Style roman : style caractéristique des bâtiments religieux construits aux XI ème et XIIème siècles (11ème et 12ème)

Style gothique : style des églises, surtout urbaines, édifiées aux XIIIème , XIV ème  siècles (13ème et 14ème)

 

  1. Le rôle du clergé

Les clercs ne se contentent pas de prier et d’appliquer les règles de la religion, il existe aussi :

  • des religieuses qui soignent les malades et les vieillards dans les hôpitaux ou les hospices
  • des clercs qui enseignent dans des universités créées par le clergé ou dans des monastères. Seule une petite partie de la population peut en profiter.

Pour financer ses dépenses, le clergé perçoit la dîme.

Dîme : impôt versé par les paysans à l’Eglise, elle correspond à un dixième de la récolte.

 

  1. Au nom de la religion

A partir du XIème siècle (11ème) , l’Eglise et les Rois organisent des expéditions militaires en Orient pour reprendre Jésuralem tombée aux mains des musulmans. La ville, où se trouve le tombeau de Jésus-Christ, est un important lieu de pélérinage. Ces expéditions : les croisades, au nombre de huit sont menées du XIème au XIIIème siècle (du 11ème au 13ème siècle).

Au XIIème siècle (12ème), au sud de la France, des chrétiens refusent certaines règles de l’Eglise. Le pape et le roi entreprennent une croisade contre les cathares ou Albigeois.

Cathares : chrétiens du sud de la France qui refusait certaines règles de l’Eglise.

 

La vie au Moyen-âge
Tag(s) : #histoire